Obama a raison: Les pauvres sont devenus amers et s'accrochent à leurs fusils et à la religion (read in English)

Publié le par hort

To read in English

http://horte.over-blog.fr/article-19460362.html

Les "groupes de haine" se multiplient aux Etats-Unis

 

Corine Lesnes,
Le Monde

3 avril 2008

 Alors que les Etats-Unis s’apprêtent à honorer la mémoire de Martin Luther King, à l’occasion du 40eanniversaire de son assassinat le 4 avril à Memphis (Tennessee), le Southern Poverty Law Center (SPLC) a publié une enquête montrant un accroissement de 48% depuis 2000 du nombre de groupes incitant à la haine raciale. Fondé en 1971 à Montgomery (Alabama) par le juriste Morris Dees pour défendre en justice les militants des droits civiques, le SPLC publie chaque année un rapport sur les groupes extrémistes américains qui fait autorité. Pour l’année 2007, il dénombre 888 groupes. Aux classiques néo-nazis viennent désormais s’ajouter les mouvements anti-Latinos.

 

Selon le SPLC, l’augmentation est due à la création de nouveaux groupes anti-immigrants. Les agressions racistes contre les Latinos ont augmenté de 35% entre 2003 et 2006. Le mouvement blâme les hommes politiques et certains médias qui ont fait un fonds de commerce de la dénonciation du coût des clandestins pour le système de santé ou d’éducation.Parmi les exemples, le centre cite l’Emigration Party of Nevada selon qui "l’Amérique est détruite de l’intérieur par une version moderne de l’armée de Gengis Khan". Les groupes radicaux croient généralement à un plan pour fondre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique dans un seul pays (cette crainte n’est pas l’apanage des marginaux : les Assemblées de 18 Etats ont passé des résolutions s’y opposant par avance).

 

Mark Potok, l’éditeur du rapport (Intelligence Report), se félicite cependant de ce que l’immigration ait cessé d’être considérée comme un thème porteur par les républicains, ceux-ci ayant choisi un candidat, John McCain, plutôt modéré sur le sujet. "Il apparaît que les Américains, au moins pour l’instant, rejettent la démonisation raciste au profit d’une discussion rationnelle sur le sujet", estime-t-il. Le rapport indique d’autre part que le Ku Klux Klan, qui s’est lui aussi reconverti dans la dénonciation des immigrants, a décliné en 2007 après cinq années de croissance (155 groupes locaux contre 165 en 2006). Il s’inquiète de l’apparition d’un groupe anti-homosexuels virulent (Watchmen on The Walls), d’origine slave. Enfin un nouveau groupe de Black Panthers (non lié au mouvement originel) s’est créé et a organisé un sommet du "pouvoir noir" en octobre, à Atlanta.

  

Liste de plus de 2000 groupes de haines aux USA

http://www.unitedstatesaction.com/list-us-hate-groups.htm


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/20070829.OBS2533/les_americains_sontles_plus_armes_du_monde.html?idfx=RSS_notr

Les Américains sont les plus armés du monde

 

NouvelObs.com

07.02.2008

 

Ils comptent 90 armes à feu pour 100 habitants, devant le Yémen, avec 61 armes pour 100 personnes, la Finlande, avec 56. La France en compte une trentaine.Les Etats-Unis comptent 90 armes à feu pour 100 habitants et ce ratio en fait la société la plus armée au monde, établit un rapport publié mardi 28 août. Le rapport 2007 sur les armes légères, qui émane du Graduate Institute of International Studies de Genève, estime que les citoyens américains détiennent 270 millions d'armes à feu sur les 875 millions répertoriées dans le monde. Sur les huit millions de pistolets fabriqués chaque année, environ 4,5 millions sont vendus aux Etats-Unis. "Il y a environ une arme à feu pour sept personnes dans le monde. Si l'on exclut les Etats-Unis, ce chiffre tombe à une arme pour dix personnes", rapporte le document.

L'Inde, deuxième arsenal

L'Inde dispose du deuxième arsenal civil le plus volumineux au monde, avec quelque 46 millions d'armes qui n'appartiennent pas à la police ou à l'armée. Ce chiffre ne représente toutefois "que" quatre armes pour 100 personnes. La Chine se classe troisième, avec 40 millions d'armes détenues par des civils, soit trois pour 100 habitants. L'Allemagne, la France, le Pakistan, le Mexique, le Brésil et la Russie suivent dans le classement quantitatif des armes détenues par des civils. Si l'on ramène ces chiffres à la population, la deuxième population civile la plus armée est celle du Yémen, avec 61 armes pour 100 personnes. Suivent la Finlande (56), la Suisse (46), l'Irak (39) et la Serbie (38). La France, le Canada, la Suède, l'Autriche et l'Allemagne sont juste derrière, avec une trentaine d'armes pour 100 habitants.

Pays pauvres

De nombreux pays pauvres, souvent associés à la violence, se classent bien plus loin. Le Nigéria, par exemple, ne compte qu'une arme pour 100 habitants alors qu'il est l'un des pays les plus violents de la planète. "Les armes à feu sont réparties dans le monde de façon très inégale. L'image que nous avons de certains pays d'Afrique ou d'Amérique latine, que nous imaginons croulant sous les armes, est très trompeuse", a déclaré Keith Krause, directeur de l'étude. La possession d'armes à feu pourrait être liée à la hausse des richesses, ce qui veut dire que nous devons réfléchir à la demande future des régions du monde où la croissance économique accroît le pouvoir d'achat des citoyens", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Genève.

Les civils plus armés

Le document s'appuie sur des données gouvernementales, des études et des rapports des médias. Sur les 875 millions d'armes dans le monde, 650 millions sont détenues par des civils et 225 millions par les forces militaires ou de police. Il y a cinq ans, ce même rapport répertoriait 640 millions d'armes dans le monde. "La possession d'armes par des civils est bien plus importante que nous le croyions", a précisé Krause, selon qui cette hausse est surtout due à de meilleures études et à des données plus fiables sur les réseaux de distribution d'armes. (Reuters)

 

http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN18095lafrisetsil0

 

L’Afrique, eldorado des évangélistes

 

par Andrew England

Financial Times,

 Royaume-Uni

18 septembre 2005 

La religion est implantée dans presque tous les domaines de la vie sociale en Afrique, et le christianisme y prospère comme nulle part ailleurs dans le monde. « Rien n'est comparable à l'expansion du christianisme en Afrique, c'est un phénomène unique », reconnaît Jonathan Bonk, éditeur du Bulletin international des recherches missionnaires (IBMR), un magazine publié aux États-Unis.


Des statistiques fiables sont difficiles à obtenir, mais IBMR estime qu'il y avait 8,7 millions de chrétiens en Afrique en 1900. Ce chiffre est monté à 117 millions en 1970 pour atteindre 389 millions aujourd'hui. L'événement le plus récent est la vague évangélique, pilotée par des Africains et des Occidentaux, la plupart américains, qui balaie actuellement le continent.

Pour certains, c'est un excellent filon commercial, affirment les experts. Des opportunistes, souvent sans formation théologique, profitent de la manne. « C'est le business le plus lucratif au Kenya, constate le professeur Douglas Waruta, directeur des études philosophiques et religieuses à l'université de Nairobi. On peut se faire davantage d'argent en proclamant le nom de Jésus que dans tout autre domaine. »


Tous les dimanches, des milliers d'Ougandais se pressent dans la cathédrale du Centre-du-Miracle, une nouvelle église, énorme, qui ressemble à un hangar pour avions, où un écran vidéo fait de la publicité pour les livres, les DVD et les vidéos entre chaque messe, cinq par dimanche. Jonathan Bonk estime qu'environ 1 400 communautés de ce genre émergent chaque mois en Afrique. C'est dû en partie au rôle joué par la religion depuis que les premiers missionnaires ont défriché des routes africaines, au début des années 1800.

Les hommes politiques utilisent aussi les chaires ecclésiales comme tribunes, et les agences de développement occidentales, reconnaissant l'influence de la religion, ne rechignent plus à travailler avec les organisations confessionnelles, comme l'ont constaté les responsables américains et anglais. Ce succès provient du penchant des Africains pour la spiritualité et les rituels. Les nouvelles Églises permettent aux fidèles de prier d'une façon différente de celle de leurs cousins catholiques et protestants, offrant une combinaison de danses exubérantes, de chants, de transes et de prières.

Le professeur Waruta décrit cette tendance comme un « syncrétisme pour âme africaine ». Le problème vient des charlatans et des sectes, qui n'hésitent pas à tirer profit des pauvres et des désespérés, augmentant ainsi leur vulnérabilité. Aussi juge-t-il « ambigu » l'impact des évangélistes. Ils ont un rôle positif en ce qui concerne la promotion des valeurs morales, mais l'envers de la médaille « est qu'ils sont en train de piller le continent africain, au point que bientôt le message chrétien se perdra et que nous aurons finalement une Afrique plus séculière », estime-t-il.

 


Articles liés sur notre site
http://horte.over-blog.fr/article-19488566.html

D'autres articles à lire

La pauvreté et la religion en Inde

http://berclo.net/page00/00fr-impressions-india.html

La pieuvre évangéliste, la nouvelle arme de Washington

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33494

Evangéliste et Fondamentalistes sont-ils de « bons chrétiens » ?

http://www.chemins-cathares.eu/020106_evangelistes_fondamentalistes_sont_ils_bons_chretiens.php

Evangelisme: fondamentalisme

http://v.i.v.free.fr/menu/mchext-prt.html

Explosion des pentecôtismes africains et latino-américains

http://www.monde-diplomatique.fr/2001/12/CORTEN/15942

Les dieux sont tombés sur la tête

http://www.bourgoing.com/presse/sectes.htm

Où finit la secte/ ? Où commence la religion ?

http://thebrain.mcgill.ca/flash/capsules/pdf_articles/secte_religion.pdf

 

Publié dans geostrategy

Commenter cet article