L'origine du sport ne se trouve pas en Grèce mais en Afrique (in English)

Publié le par hort

Read in English: http://horte.over-blog.fr/article-21854271.html


Une fois de plus, nous sommes obligés de corriger les informations erronées de l'histoire. Nous avons tous appris que le sport a commencé en Grèce, alors qu'en réalité, elle a commencé en Afrique. Cette désinformation a  donné la fausse impression au peuple d’origine africaine que les sports  tels que le tir à l'arc, l’aviron, le javelot, etcetera, ont leur origine en Europe, alors qu'en réalité, ils ont été pratiqué dans toute l'Afrique pendant des millenaires, même avant que la Grèce existait. Souvent, les gens associent le karaté avec les pays d'Asie, cependant, le sport le plus populaire au Brésil aujourd'hui, la capoeira, (voir article en dessous) est une forme d'arts martiaux. Comment les arts martiaux ont-ils arrivé au Brésil? Est-ce que les asiatiques les en enseignés aux Brésiliens? Pas du tout. La capoeira a été emmené d'Afrique au Brésil, par nos ancêtres réduits en esclavage, et c'est ainsi que les arts martiaux sont venus au Brésil, ce qui prouve que les arts martiaux étaient connus des africains. Ces sports continuent d'être pratiquées aujourd'hui par les Nubas de Soudan et ce sont ces Africains, et non pas les Grecs, que les historiens ont étudiés, afin de déchiffrer les différents mouvements représentés sur les murs des tombes et temples en Egypte. http://www.youtube.com/watch?v=RLV3qAWO-q0  (Cette courte séquence vidéo est une leçon d'histoire en elle-même.) Nos ancêtres savaient qu'un jour nous aurions à récupérer notre héritage volé et c'est la raison pour laquelle ils ont laissé ces images sur leurs tombes et temples pour aider à nous rééduquer. Les grecs n’ont fait que copié les africains. Pour voir quelque uns des sports que les africains ont inventés cliquez ici: http://www.touregypt.net/historicalessays/ancsportsindex.htm   N’oublier de transmettre à d'autres après lecture. Hort


JO de Pékin : Origine africaine du concept des « jeux Olympiques »

http://www.africamaat.com/JO-de-Pekin-Origine-africaine-du?artsuite=0


Les arts martiaux chez les Kamits
Dans le monde des arts martiaux, il est courant de trouver des pratiquants et même des enseignants affirmer que ces dits Arts Martiaux ont pris naissance en Asie. De part le monde une large place est donc accordée aux Arts Martiaux d’origine asiatique, et même aux arts martiaux d’origine occidentale.


Etant moi-même Kamit pratiquant d’arts martiaux depuis quelques années déjà, je me trouve face à une question fondamentale : Qu’en est-il des Arts Martiaux originaires de la Terre Mère ? Autrement dit, l’Afrique -comme on la nomme aujourd’hui- et les localités géographiques peuplés par les Kamits sont elles les seules terres dépourvues de Tradition martiale ? A priori on serait tenté de répondre par l’affirmative, mais quels sont les faits aujourd’hui ?suite (http://www.africamaat.com/Les-arts-martiaux-chez-les-Kamits)

http://www.youtube.com/watch?v=YZSSwOH6738&feature=related

Qu'est-ce que la Capoeira?

http://www.capoeira-africabantu.org/fr/what.htm


LA CAPOEIRA ANGOLA


La Capoeira Angola est un art martial particulier, dans ce sens que l’aspect artistique, culturel a une importance égale à l’aspect martial. leur savoir faire a été importée par les esclaves d’origine africaine, plus précisément d’origine bantoue, au fil des siècles de leur présence au Brésil. Elle est donc enracinée la culture afro-brésilienne. Elle en porte en elle des caractères, au même titre, entre autres, que la Samba, le Candomblé (qui est originaire du golfe de Guinée).

L’esclavage fut aboli au Brésil en 1888. Dès lors, une partie des pratiquants de la Capoeira utilisèrent leurs techniques, coups de tête, balayages, maniements du couteau, à des fins criminelles (vols, assassinats commandités…). Ceci eut pour conséquence la prohibition de la Capoeira. Une autre raison de la prohibition fut peut-être la volonté d’éliminer un aspect de la culture d’origine africaine au Brésil. La musique fut alors introduite dans la Capoeira, particulièrement le berimbau (arc musical à une corde, également d’origine africaine). Ainsi, à tout moment, un combat de Capoeira pouvait se transformer en une danse rythmée par les instruments, ce qui permettait d’échapper à la condamnation en cas de passage de la police.

L’évolution fut dans le sens d’une dissimulation de l’agressivité et de la dangerosité, tout en restant fidèle aux caractéristiques. L’aboutissement fut un combat déguisé en jeu où prédominent la dextérité et la ruse plutôt que la force brute. Un exemple de l’influence de l’Histoire sur la Capoeira est que c’est un combat où l’on n’agrippe pas l’adversaire, afin de pouvoir instantanément transformer le combat en danse. Dans les années 1930, deux courants se sont distingués. Du fait de la levée de la prohibition de la Capoeira, celle-ci commença à être pratiquée dans des clubs sportifs, plutôt que dans la rue, les champs ou la forêt.

Là, certains pratiquants y ajoutèrent des coups provenant d’arts martiaux asiatiques. Ainsi naquit la Lutte Régionale de Bahia, état où elle fut développée par Mestre (Maître) Bimba, soutenu par le gouvernement. La dénaturation de la Capoeira ancienne fut si profonde que le nom même de Capoeira fut (temporairement) abandonné. Encore un indice de la volonté d’éliminer les traces de la culture d’origine africaine au Brésil ? Par opposition, des pratiquants attachés à la conservation de leur art traditionnel, emmenés par Mestre Pastinha, ont adjoint le suffixe Angola à Capoeira, pour en souligner l’origine culturelle africaine.

Mestre Pastinha, un grand représentant de cette culture, affronta beaucoup d’adversité, par exemple quand sa salle de cours fut réquisitionnée. De même, à son décès, l’on put lire dans les journaux que la Capoeira Angola mourut avec Pastinha, ce qui fut immédiatement contredit par ses élèves, qui furent nombreux. Parmi eux, Mestre João Grande, qui à son tour eut pour élève Mestre Moraes, qui fut le maître de Mestre Braga.

L’évolution de ces deux courants a conduit d’une part à la Capoeira Regional, largement connue aujourd’hui, caractérisée par de nombreuses acrobaties et des pratiquants impressionnants par leur masse musculaire, et d’autre part à la Capoeira Angola, plus traditionnelle et moins répandue, caractérisée plutôt par la ruse et la dextérité, et surtout, pas une gymnastique, mais une culture.



Video
Cours de Capoiera:  
http://www.youtube.com/watch?v=eW9WjQ8q8Uo&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=JjQ5OhEdb8o&feature=related

Publié dans classical africa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article