Dépigmentation de la peau: un jeu dangereux

Publié le par hort

Tant que les africains continuent à croire qu’ils sont inférieurs aux blancs, ils continueront à dépigmenter leur peau. Voila l’une des raisons de s’attarder sur le racisme plutôt que de l’esquiver comme tout le monde aime faire, même Barak Obama. Michael Jackson peut être utilisé comme model pour aborder ce sujet. A cause du racisme il dépigmentait sa peau, changeait son nez, ses lèvres, etcetera,  jusqu'à il l’a emmené à un fin tragique. Tant que les noirs continuent à rester ignorant de leur vraie histoire, ils continueront à dépigmenter leur peau. Malheureusement, ceux qui dépigmentent leur peau auront la même sort que Michael puisqu’ils mouront des cancers et d’autres maladies lies à leur comportement néfaste. Hort

 

http://fr.news.yahoo.com/76/20090730/tfr-dpigmentation-la-police-a-eu-la-peau-dbac7e9.html

 Dépigmentation : la police a eu la peau du réseau

Jeudi 30 juillet, 2009

Isabelle Hanne

 

Gros coup de chance, puis gros coup de filet. Les enquêteurs de la police urbaine de proximité ont participé à un jeu de piste pour faire tomber, un à un, plusieurs acteurs importants d'un réseau de vente de crèmes dépigmentantes, interdites en France.

 

Pratique à la fois courante et taboue dans la population noire, la dépigmentation volontaire de la peau s'effectue à l'aide de crèmes ou lotions contenant de l'hydroquinone, des dermocorticoïdes et des sels mercuriels mélangés à des crèmes hydratantes pour en faciliter l'application. Des actifs fortement nocifs, interdits sous leur forme cosmétique, largement distribués sous le manteau.

 

Du quartier parisien de Château-Rouge (XVIIIe), haut lieu de revente de ces crèmes, jusqu'au Val-de-Marne, ce sont des dizaines de milliers de produits qui ont été saisis, et cinq personnes interpellées. L'information judiciaire, toujours en cours, n'a pas encore permis de remonter jusqu'aux fabricants. Mais pour une fois, les interpellations ne concernent pas seulement les petits vendeurs, derniers maillons d'un trafic extrêmement opaque.

.

Import-export. Le 15 avril, les policiers du XVIIIe arrondissement interpellent une Congolaise de 34 ans en flagrant délit de vente de crèmes dépigmentantes sur la voie publique. 725 produits contenant des «substances vénéneuses», selon la préfecture de police de Paris (PP), sont saisis. Le parquet ouvre une information judiciaire, et la jeune femme est placée en détention provisoire. Elle révèle aux enquêteurs l'identité de son fournisseur. Direction une société d'import-export à Ivry-sur-Seine. L'homme, un Congolais d'une quarantaine d'années, est déjà connu des services de police pour des affaires similaires. Il est interpellé le 7 juillet. Lors de la perquisition de la société, les enquêteurs découvrent 7 000 euros et des documents sur un box en location à Choisy-le-Roi. Là-bas, des «centaines decartons», selon la PP, tous contenant des produits blanchissants.

 

Alors que les enquêteurs fouillent le box, un camion s’approche. A la vue des policiers, son chauffeur tente de s’échapper. Ce Congolais de 48 ans est lui aussi interpellé. Il est livreur pour la fameuse société d’import-export. Les enquêteurs découvrent sur lui la clé d’un deuxième local, où dorment près de 84 000 pots et flacons de crème. Valeur marchande : plus d’un million d’euros. Les deux employés reconnaissent les faits, mais chargent aussi leur patronne, alors à l’étranger. Ils sont placés en détention provisoire.

 

Et la baraka continue pour les enquêteurs : se sachant recherché, un autre employé de la société, âgé de 47 ans, se présente au commissariat du XVIIIe. Il est placé en garde à vue. Son rôle dans le réseau : modifier le conditionnement des produits afin de faire disparaître la mention «contient du mercure». Il révèle aussi l’existence d’un autre stock, à la Plaine-Saint-Denis. La police urbaine de proximité y trouve 18 000 cosmétiques supplémentaires.

 

Dernier épisode le 21 juillet : la gérante de la société, une Congolaise de 38 ans, est interpellée. Elle reconnaît les faits, est mise en examen et placée sous contrôle judiciaire. Elle et ses complices seront jugés pour «exercice illégal de la pharmacie», «tromperie aggravée», et «détention et transport de substances vénéneuses». Ces produits étaient importés d’Italie, de Chine, de Côte-d’Ivoire et de la république démocratique du Congo. Ils devaient arroser toute l’Ile-de-France, Strasbourg, Orléans, et même l’Italie, l’Espagne, la Suisse et la Belgique. «Mafieux». «Le trafic de produits dépigmentants fonctionne comme le trafic de drogue : on a affaire à un vrai réseau mafieux», explique Isabelle Mananga-Ossey, présidente de l’association Label beauté noire qui milite en faveur de produits cosmétiques de qualité pour les populations multiculturelles. «Les arrestations, les saisies, c’est très bien. Mais tant qu’il y aura de la demande, tant qu’il y aura des consommatrices prêtes à se cramer la peau, on n’arrivera à rien», ajoute Isabelle Mananga-Ossey.

 

Les autorités sanitaires et politiques sont restées sourdes  au problème jusqu’à cette année. A la rentrée prochaine, la mairie de Paris lancera une large campagne de prévention. De son côté, l’agence de contrôle des produits sanitaires (AFSSAPS) travaille en collaboration avec la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) pour analyser des produits trouvés sur le marché, ce qui s’accompagnera d’une campagne de sensibilisation.

Publié dans health-sante

Commenter cet article