Hitler représentait les valeurs occidentales

Publié le par hort

 Le révisionnisme de l’histoire sévit partout en Europe et les discours à la célébration du 65 anniversaire du débarquement en Normandie est resté  dans la même veine. L’occident veut nous faire croire qu’à partir de 1944, avec tous ces morts, ils étaient  avide de créer un nouveau monde. Si tel était le cas, pourquoi 10 ans plus tard a-t-on eu la guerre d’algerie, puis la guerre d’Indochine et les guerres d’indépendance en afrique ? En plus, avec des millions de morts.  Toutes ces guerres auraient pu etre évité. Pourquoi fallu t il  attendre les guerres civiques pour que ça change aux états unis ?

 

Le grand problème à mon avis est que les occidentaux n’ont jamais remis en question leur comportement. En effet, s’ils avaient analysé les premiers holocaustes qu’ils avaient fait en amerique, en afrique et en Australie, ils n'auront jamais eu un Hitler, ni un débarquement, ni un holocauste en europe en 1944,  mais ils n'ont jamais consideré l'extermination des peuples noirs ou indiens comme  un crime. Ce qui a fait peur à l'occident,  et pourquoi on parle toujours de la deuxième guerre mondiale est que Hitler n'a plus réservé l'extermination uniquement aux non blancs. Il a commencé à en faire aux occidentaux eux-mêmes et pire sur leur propre territoire. Voila la raison qu’aujourd’hui l’occident le désigne comme une exception plutôt que la règle. Rosa Amelia Plumelle-Uribe a bien demontré cela dans son livre La ferocite Blanche. Hitler est exactement comme Alexandre, César, Napoléon Bonaparte, Le Roi Léopold II, Cecil Rhodes, Christophe Colombe et tous les autres européens qui ont cru que c’était normal d’exterminer d’autres peuples, confisquer leur terre et les mettre en esclavage. Hitler n’était pas une exception mais plutôt la règle. Il représentait les valeurs occidentales. Voila ce que l’occident continue à nier. L’holocauste juif n’était pas la première holocauste commis pas les occidentaux, mais les autres ne les ont jamais intéressé parce que ce n’étaient pas contre des blancs.

 

 A la fin de la célébration, un journaliste a dit que la seule déception de la journée était l’absence des filles d’Obama. Il pensait qu’elles auraient du être là, parce que les jeunes doivent connaître l’histoire du  débarquement et l’holocauste. Evidemment, ce journaliste ne sait pas que Barak et Michelle Obama sont les descendants directs des victimes du plus grand holocauste de l’histoire que les occidentaux ont rayé de la carte de l'histoire. J’en suis sur que les Obamas savant que le révisionnisme n’est pas l’histoire, et c’est peut être la raison qu’ils n’ont pas laissé leurs enfants assister à cette cérémonie en Normandie. Hort

 

http://actualite.aol.fr/obama-le-debarquement-de-1944-a/article/2009060610473786900534

 

Obama: le débarquement de 1944 a "changé le cours du XXème siècle"

 Samedi 6 Juin 2009,

 Le président américain Barack Obama a salué samedi la "bravoure" des forces alliées qui ont "changé le cours du XXème siècle", à l'occasion des célébrations du 65è anniversaire du débarquement en Normandie. M. Obama s'exprimait dans l'immense cimetière américain de Colleville-sur-mer, qui compte 9.387 tombes et domine la fameuse plage "Omaha Beach" où une partie des troupes alliées ont débarqué le 6 juin 1944.

 

Le 6 juin en Normandie est un passage presqu'obligé pour les présidents américains qui, depuis Jimmy Carter, ont tous participé à ces cérémonies officielles, à l'exception de George Bush père. "Amis et vétérans, ce que nous ne pouvons oublier - et ce que nous ne devons pas oublier -, c'est que le débarquement a été un moment et un endroit où la bravoure et la générosité de quelques-uns ont permis de changer le cours du siècle entier", a déclaré M. Obama. "Alors que le danger était maximum, dans les circonstances les plus sombres, des hommes qui se pensaient ordinaires ont trouvé en eux de quoi accomplir l'extraordinaire", a-t-il ajouté, en regardant en direction des rangées de croix blanches marquant chaque tombe.


Pour le président Obama, le débarquement des forces alliées sur les plages de Normandie, le 6 juin 1944, a changé le cours de la seconde guerre mondiale et permis de libérer l'Europe occidentale du joug de l'Allemagne nazie. "On ne pouvait savoir alors que tant des progrès qui façonneraient le XXème siècle, sur les deux rives de l'Atlantique, découleraient de cette bataille pour un bout de plage long de 9 km seulement et large de 3 km", a-t-il dit.

 

"Si les Alliés avaient échoué ici, l'occupation de ce continent par Hitler aurait pu se poursuivre indéfiniment", a déclaré M. Obama. "Au lieu de cela, la victoire a permis de prendre pied en France. Elle a ouvert un chemin vers Berlin. Et elle a rendu possibles les réussites qui ont suivi la libération de l'Europe : le plan Marshall, l'Otan, et la prospérité et la sécurité partagée qui en ont découlé", a ajouté le président américain. Assistaient à la cérémonie le président Nicolas Sarkozy, les Premiers ministres canadien et britannique, Stephen Harper et Gordon Brown, le Prince Charles, ainsi qu'environ 200 vétérans. L'acteur américain Tom Hanks, héros du film "Il faut sauver le soldat Ryan" réalisé en 1998 par Steven Spielberg sur le Débarquement, était également présent.

 

Nicolas Sarkozy qui a longuement décrit le calvaire des "soldats trempés, grelottant de froid, malades" et "les morts et les blessés qui flottaient dans l'eau, portés par la marée", a rendu un hommage personnel à M. Obama "symbole de l'Amérique (...) qui se bat pour la liberté, pour la démocratie, et pour les droits de l'homme". Plus de trois millions de soldats, principalement américains, britanniques et canadiens, ont débarqué le jour J, entré dans l'histoire sous l'appellation "le jour le plus long", et les semaines suivantes en France, occupée par l'armée allemande.

Publié dans world

Commenter cet article

Marc 07/06/2009 18:34

Merci pour cet article qui est très instructif, bon courage et bonne continuation.
Cordialement Marc.