Génocides dans les Grands lacs

Publié le par hort

Génocides dans les Grands lacs, le Coltan et autres minerais stratégiques en cause.

La feuille De Manioc

15/11/08


Le déni de M. TUQUOI est répugnant. Comme la très grande majorité de ses confrères prétendument journalistes, en fait, des propagandistes aux ordres façon PRAVDA, il feint d'ignorer les véritables causes du sous-développement de l’Afrique: régimes autocratiques et corrompus investis pouvoir de tuer et maintenus-là au bon vouloir des puissances étrangères, occidentales en particulier. Leur mission? La prévarication des Etats, la dévitalisation des aires culturelles, le démantèlement des structures sociales (éducation et santé de base), la destruction délibérée des économies rurales, l’inondation des marchés locaux par les produits résiduels de l’agro-industrie subventionnée du Nord à l'image de la PAC (viandes avariées, quart-avant bovins autant dire des os, semences mutagènes etc.).

Aux avant-postes de ce dispositif criminogène global, les prélats habituels du
capitalisme financier et de l'ordre occidental indépassable. Qui sont-ils? Les ONG d'abord (ce que chacun sait depuis le Biaffra) qui avancent sous le masque de la lutte contre la faim, pour la charité et contre la misère, pour la santé et autres balivernes. Des congrégations religieuses, catholiques et protestantes, des associations solidaires. Les politiques d’aide au développement des Etats, qui sont souvent des machines à détourner les fonds publics et à recycler l'argent sale ou malhonnêtement gagné. L'ensemble est vendu par la propagande des médias, avec l’aval et la caution d’organismes internationaux voire des instances de justice internationale (cf. françafrique). Tous opèrent un massacre programmé de ce que l’Afrique a de plus vital: ses ressources humaines décimées avant qu’elles ne parviennent à la force de l’âge, déracinées de leur milieux favorables sinon déculturées afin d’entraver toute organisation viable. La mise sous tutelle de son élite intellectuelle, la captation des immenses richesses de son sol et de son sous-sol. C'est pour cela M. TUQUOI que l'Afrique meurt, pour vos gueules embourgeoisées, humanistes et hypocrites. Il s’agit d’un génocide programmé à l’échelle d’un continent qui ne serait possible sans la caution du développement, de la démocratie et des droits de l’homme.

Richesses convoitées
A M. TUQUOI, hypocrite comme à ses coreligionnaires de la démocratie, moralistes de St-Germain des Prés, il est donc bon de faire quelques piqûres de rappel. Ici le conflit dans la région des Grands Lacs que son journal, Le Monde avait dû relever, du bout des lèvres notamment dans son édition 10 mars 2004. Quelle en est la motivation ? Qui ignore sans mauvaise foi que «ce conflit n’est pas seulement l’histoire de la lutte pour l’accès au pouvoir des éléments extrémistes et criminels?» C'est ce que l'action judiciaire ouverte en Espagne rappelle. C'est ce que relate l'article ci-dessous tout en restant réservé par ces actions judiciaires qui visent les dirigeants africains en s'aveuglant de leurs donneurs d'ordre au pouvoir en Occident.

« Il s’agit aussi et surtout du pillage et de la lutte pour le contrôle de l’exploitation des richissimes ressources naturelles de la partie orientale de la RDC (or, diamants, et surtout le coltan, qui entre dans la fabrication des téléphones portables, des missiles, etc.). Dans ce pillage sont intervenus, outre des acteurs locaux, des grandes firmes multinationales occidentales, essentiellement des États-Unis, du Canada et d’Europe, selon l’ONU. Une grande partie de ce drame humain et écologique a été délibérément occultée et souvent stratégiquement manipulée. La présente action en justice vise à en finir avec cette situation d’impunité, à rendre publiques les vérités occultes de ce conflit et à contribuer ainsi à la pacification des populations et des peuples de cette région d’Afrique centrale. » […] « Le rapport Hourigan, mis sous scellé par le Bureau du procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (ONU), a été révélé à un journaliste du journal canadien National Post, qui a dénoncé les faits alors que l’enquête était en cours. Dans l’une des parties connues du rapport, il est fait référence à la mort des trois coopérants espagnols.» […] «Le Forum International pour la Vérité et la Justice dans l’Afrique des Grands Lacs saisira le 22 février 2005 a l’Audience Nationale (Tribunaux espagnols) de Madrid d’une plainte contre de hauts fonctionnaires de l’État rwandais. Se joignent à cette plainte des victimes et des proches de victimes espagnoles et rwandaises, des témoins hutu et tutsi qui vivent en exil, le Prix Nobel de la paix Adolfo Pérez Esquivel, la députée afro-américaine des États-Unis Cynthia McKinney, les villes de Manresa, Figueres et Navata, le candidat au prix Nobel de la paix Juan Carrero Saralegui et diverses organisations non gouvernementales espagnoles et internationales »

Commenter cet article