87 suicides recensés dans les prisons françaises depuis début 2008

Publié le par hort

Que se passe t-il dans les prisons françaises ? Nous devons savoir. ? Hort

87 suicides recensés en prison depuis début 2008, Dati annonce des mesures

10/10/08

 

Quatre vingt-sept détenus se sont suicidés en prison depuis le début de l'année, un chiffre qui comprend l'adolescent de 16 ans décédé lundi à Metz, a-t-on appris jeudi soir auprès de l'Administration pénitentiaire (AP).

 

Un autre mineur de 16 ans, qui venait d'être transféré du quartier pénitentiaire pour mineurs de Metz-Queuleu à Strasbourg, a tenté de mettre fin à ses jours jeudi après-midi et était en début de soirée dans un état critique au CHU de Strasbourg-Hautepierre, selon un syndicaliste de l'Union fédérale autonome pénitentiaire (Ufap) d'Alsace-Lorraine. La ministre de la Justice, Rachida Dati, était venue jeudi matin à la prison de Metz-Queuleu pour y annoncer des mesures visant à prévenir les suicides de détenus mineurs.

 

Tout mineur condamné sur le point d'être placé en détention devra désormais être présenté au préalable à un magistrat du parquet qui lui expliquera les raisons pour lesquelles il entre en prison, a indiqué la garde des Sceaux à des journalistes. "Cette obligation existe déjà pour une prolongation de garde à vue d'un mineur. Je l'ai étendue, par un décret pris hier (mercredi) et devant être promulgué dans les prochains jours, aux mineurs condamnés devant être mis sous écrou", a ajouté Mme Dati, venue au centre pénitentiaire de Metz-Queuleu deux jours après le suicide de Nabil L..

 

Condamné in absentia en septembre à Sarreguemines (Moselle) à six mois ferme pour trafic de stupéfiants et conduite sans permis, ce jeune avait été interpellé et incarcéré le 2 octobre dans l'établissement messin. "Aucun élément de fragilité, aucune tendance suicidaire n'avaient été relevés à son arrivée en prison", a affirmé la ministre. "J'ai décidé de la mettre en oeuvre (la disposition) immédiatement", a ajouté la garde des Sceaux, qui a également annoncé l'élaboration, en collaboration avec le ministère de la Santé, d'une "grille d'évaluation des risques suicidaires" spécifique aux mineurs. Cette disposition devait figurer dans la réforme de l'ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs présentée en avril dernier par Mme Dati en conseil des ministres. "Les mineurs seront évalués avec cette grille par des médecins à leur arrivée en détention", a-t-elle précisé à l'issue d'une visite du quartier des mineurs de Metz-Queuleu. "La prévention des suicides de mineurs constitue une priorité de mon ministère", a assuré la ministre, ajoutant que ceux-ci avaient reculé de 22% entre 2002 et 2007, "après des pics en 2002 et 2005".


"Sur les 32.000 personnels de l'administration pénitentiaire, 6.000 ont déjà reçu une formation dédiée pour prévenir le suicide de mineurs. Cette formation doit être encore plus largement suivie par les surveillants", a-t-elle souhaité. Présentée en août comme un établissement "modèle" par Mme Dati, la maison d'arrêt de Metz-Queuleu a enregistré quatre suicides en cinq mois. Au total, 480 hommes et 27 femmes y sont incarcérés, pour 448 places théoriques.
Trois tentatives de suicide de mineurs ont en outre été enregistrées à Queuleu ces dix derniers jours. Selon Jean-François Krill, délégué de l'Union fédérale autonome pénitentiaire (Ufap), il se serait agi de "chantages devant faire pression sur les surveillants pour obtenir un changement de cellule ou une télévision".

 

L'Union syndicale des magistrats et le Syndicat de la magistrature se sont par ailleurs émus dans un communiqué de l'enquête administrative ordonnée par la ministre sur le suicide de lundi qui, selon les deux syndicats, "vise à trouver un bouc émissaire chez les magistrats". Une "réunion de prière" s'est tenue dans l'après-midi à Behren-lès-Forbach (Moselle), d'où était originaire Nabil L., qui sera inhumé dans les prochains jours à Tlemcen (nord-ouest de l'Algérie).

 

La famille de l'adolescent a indiqué qu'elle se portait partie civile "pour connaître avec précision les circonstances ayant conduit Nabil à se donner la mort". Dans l'après-midi également, un mineur de 16 ans, transféré mardi de la prison de Metz-Queuleu à celle de Strasbourg-Elsau, a tenté de se pendre et a été hospitalisé dans un état critique, selon une information révélée par France-Info. Selon l'Ufap, ce jeune "ne pouvait pas ne pas connaître" Nabil L.

Publié dans War-Racism

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article