Non au fichier EDVIGE

Publié le par hort

Non à EDVIGE Communiqué LDH

A ce jour :

-  602 organisations appellent à dire « non » au fichier EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale) et à ses attaques contre les droits, les libertés publiques (fichage des militants) et individuelles, contre les droits des enfants (fichage des mineurs), contre le respect de la vie privée (vie sexuelle, état de santé, comportements...).

 

- Près de 73 000 personnes ont signé l'appel en ligne « Pour obtenir l'abandon du fichier EDVIGE », manifestant une inquiétude évidente des citoyens face aux atteintes à la vie de notre démocratie contenues dans ce fichier.

 

La Ligue des droits de l'Homme, en compagnie d'autres organisations, déposera durant le mois d'août un recours contre le décret.

 

Mais il faut porter un coup définitif à ce fichier, n'oubliez pas de signer en ligne : http://nonaedvige.ras.eu.org


 
Environ 73.000 signataires de la pétition pour l'abandon du fichier Edvige
 Paris, le 7 août 2008

PARIS (AFP) — Près de 73.000 personnes ont signé à ce jour la pétition pour 'l'abandon' du fichier Edvige, qui permet à la police de recenser notamment dès 13 ans des personnes jugées 'susceptibles de porter atteinte à l'ordre public', a annoncé jeudi la Ligue des droits de l'Homme (LDH).


La pétition a été lancée début juillet sur internet (
http://nonaedvige.ras.eu.org) en même temps qu'un appel qu'ont déjà signé 602 organisations, a précisé la LDH dans un communiqué. Cette mobilisation, qui ira de pair avec le dépôt à la rentrée d'un recours devant le Conseil d'Etat pour obtenir l'annulation du décret gouvernemental instituant Edvige, manifeste 'une inquiétude évidente des citoyens face aux atteintes à la vie de notre démocratie contenues dans ce fichier', a-t-elle ajouté.

 

Créé par un décret paru le 1er juillet au Journal officiel, Edvige, acronyme pour 'Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale', permet de recenser dès 13 ans des personnes jugées 'susceptibles de porter atteinte à l'ordre public' ainsi que des personnes exerçant ou ayant exercé un mandat politique, syndical ou économique ou jouant un 'rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif'.

 

Publié dans geostrategy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article