Pour la defense du soudan contre le procureur de la CPI

Publié le par hort

La tête d’El Bechir sous l’épée de Damoclès !

La « justice internationale » à deux vitesses
Par Chérif BOUDELAL
 
Le « Tribunal pénal international » a accouché d’une petite souris et ce, après des « contractions douloureuses » dont l’accoucheur a une histoire pas très heureuse. Le maître « chanteur » qui tire les ficelles manipule le procureur pour lui trouver une sortie quelque peu « victorieuse » après s’être empêtré dans un bourbier en Irak et en Afghanistan qui lui rend la vie malheureuse ! Pauvre Bush qui n’arrive pas à sortir du gouffre avant le son des cloches !
 
Moreno Campo a demandé aux juges d’inculper le président soudanais en personne, Omar El-Bechir, soupçonné d’avoir commis des « crimes contre l'humanité » et « crimes de guerre » au Darfour. Dans le même temps ce même procureur ferme les yeux sur les criminels américains et israéliens contre lesquels pèsent pourtant, non pas des soupçons mais des charges, avec des preuves incontestables de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, en Irak, en Afghanistan, au Liban et en Palestine.

Les USA ont détruit tout un pays, l’Irak. Ils ont tué ou provoqué la mort de plus d’un million de personnes et poussé à l’exil quatre millions irakiens. Ils ont assassiné ou fait assassiner plus de 1.000 savants et universitaire irakiens : George W. Bush n’avait pas menacé l’Irak de le faire revenir à l’Âge de pierre ? Ou encore le viol et l’assassinat de jeunes filles que les soldats américains pratiquent systématiquement en Irak. Mais aussi les enlèvements et tortures d’innocents par les services secrets US, dans les prisons secrètes, pour la simple raison qu’ils soient Arabes ou Musulman, en pratiquant le piratage d’un autre âge de la barbarie ! Mais tout cela n’a pas dérangé la conscience de Mr Moreno-Campo et de ces collègues de ce Tribunal dit international.
 
Israël ! Pas vu par Mr Moreno Campo non plus !

Israël, quant à lui, commet tous les jours des crimes contre les Palestiniens au vu et au su de tous : les assassinats, la décimation de familles entières par des bombardements aveugles, les tirs sur les journalistes et les ambulanciers, les tentatives d’affamer un million et demi de Palestiniens à Gaza ; la destruction de maisons, voire de quartiers entiers ; la destruction d’infrastructures, des récoltes, l’implantation des colonies sur les terres des Palestiniens pour les pousser à quitter leur pays, etc. Ou encore la construction du mur de la honte, condamné pourtant par l’ONU et par sa Cour de Justice de La Hayes (entre autres). Mais Mr Moreno-Campo, apparemment, n’en a jamais entendu parler !

Ou encore les millions de bombes déversées par l’aviation israélienne sur les populations civiles au Liban en 2006 dont la majorité d’entre elles prohibées par les conventions internationales (telles les bombes à fragmentation) livrées par les USA qui prétendent être le modèle de la justice et de la démocratie sur la planète !) Des quartiers et villages libanais entiers ont été rasés, les infrastructures détruites de ce pays souverain. Les bombes à fragmentation tuent et blessent des libanais et leurs bêtes tous les jours depuis deux ans. Tous ces crimes de guerre et crimes contre l’humanité n’ont pas attiré l’attention de Mr Moreno-Campo, mais il est allé chercher le président soudanais à Khartoum pour l’inculper afin de faire plaisir à George Bush !

Les USA, qui n’ont pas signé les conventions de ce tribunal comme le Soudan d’ailleurs, refusent que leurs soldats qui ont commis des crimes soient traduits en justice devant ce tribunal réservé aux seuls « dissidents » du tiers-monde. Cependant, les USA se permettent d’« étudier » le cas de Omar El Bechir ! Même si nous sommes d’accord pour condamner tous les criminels, quel que soit leur statut et leurs origines, nous ne pouvons pas accepter que ce soit ceux qui ont commis de pires crimes contre des peuples qui en soient les juges.

De quel droit les criminels et leurs valets qui travaillent au sein de ces instances dites internationales peuvent condamner d’autres personnes pour leurs actes ? De quel droit les assassins des peuples innocents et leurs complices se permettent de parler de la justice ? De quel droit ceux qui ont affamé le peuple palestinien pour avoir choisi ses dirigeants ou ceux qui ont observé le mutisme sur la tentative de son extermination par la famine et les maladies peuvent parler de la démocratie ? Les uns comme les autres ne sont pas autorisés moralement à parler de ces vertus universelles dont seuls ceux qui les honorent ont le droit d’en parler. Et combien y a-t-il d’hommes et de femmes dans ce monde qui méritent d’être honorés pour leur opposition aux politiques criminelles des nouveaux barbares qui veulent répandre leurs tentacules sur tous les pays de la planète pour mieux dominer leurs peuples ?

Nous pouvons affirmer aisément, et avec conviction, si Omar El Bechir a effectivement commis des crimes contre son peuple il doit être poursuivi, non pas par ceux qui ont les mains immaculées de sang ou leurs complices notoires, mais par une vraie Justice qui doit être neutre et ne fait aucune exception entre les criminels ; mais il faut d’abord que cette Justice existe. Ensuite, celle-ci doit commencer par juger les criminels par ordre d’ancienneté et d’importance. Et dans ce cas précis, les premiers criminels qui doivent être jugés sont les dirigeants des USA et d’Israël pour les crimes de guerre et crimes contre l’humanité, aussi bien en Palestine, en Irak qu’en Afghanistan.
 
Mr Moreno Campo a déclaré, dans la foulée, que «Le crime de génocide est un crime d'intention ». Si Campo était sincère et impartial, il aurait déclaré les dirigeants des gouvernements américain et Israélien comme des génocidaires pour leurs crimes et leurs déclarations publiques visant à exterminer une partie des peuples palestinien et irakien. George Bush avait émis son intention de faire reculer l’Irak à l’âge de pierre, et le résultat est palpable sur le terrain. Israël fabrique des armes biologiques qui peuvent exterminer des millions de personnes en quelques heures ! Le ministre de la guerre israélien (mais aussi d’autres dirigeants israéliens) avait menacé de commettre un holocauste contre les habitants de Gaza. Et sa déclaration avait été suivie par des actes : bombardement des populations civiles et leur enfermement pour les laisser mourir de faim, de soif et de blessures et de maladies.
 
Il est évident que cette mascarade de Campo est orchestrée par Israël et les Etats-Unis d’Amérique. Ce sont eux qui tirent les ficelles, alors qu’ils refusent eux-mêmes que leurs soldats criminels ou leurs dirigeants instigateurs des crimes pratiqués par leurs armées, comparaissent devant cette juridiction dont ils ne sont pas signataires des conventions. Ce n’est pas par hasard que ce tribunal ne s’attaque qu’à ceux qui sont opposés à la politique impérialiste des USA et d’Israël.
 
Imagine-t-on une attaque US contre le Soudan ?

Va-t-il y avoir une attaque de la « coalition internationale », à la manière de celle de l’Irak, contre le Soudan ? C’est possible puisque George Bush, faute de pouvoir réaliser son rêve contre l’Iran, par peur de subir une défait humiliante, il aimerait bien substituer son humiliation en Irak par « une victoire » contre le Soudan aux yeux de son peuple - ou du moins de ceux qui le soutiennent dans ses crimes en son sein. Souvenons-nous, à chaque fois que l’ONU évacue son personnel d’un pays en conflit avec les USA, l’attaque de ces derniers vient juste après.
 
Et l’ONU a annoncé, ce lundi 14 juillet, l'évacuation de son personnel « non essentiel » qui opère conjointement avec l’Union Africaine au Soudan. Doit-on considérer cette évacuation comme un « flaire » de Ban Ki-Moon ou bien une simple manœuvre de dissuasion ? L’avenir nous le dira mais, quel que soit le résultat, l’Administration américaine ne sera plus jamais vainqueur nulle part dans le tiers-monde car George Bush a réussi à lui attirer la haine des peuples et de quelques uns de leurs dirigeants.

Le test d’abord et l’exécution après

Pour mettre à genou le dernier front du refus de l’impérialisme du camp socialiste en Europe, la Yougoslavie , « la coalition internationale » s’est employée pour disloquer la structure sociale et politique de ce pays. Puis elle a créé le TPI pour juger ses dirigeants et donner l’impression au monde que son but était de défendre les musulmans bosniaques et kosovars.

Après cette « victoire », le TPI s’est manifesté à nouveau au Soudan pour « défendre » les habitants de Darfour, alors que c’est le pétrole qui irrite le plus les narines de Bush et ses bouchers.
 
Pour se faire une virginité auprès de ses maîtres, le procureur de ce TPI, Luis Moreno Campo, veut augmenter ses honoraires en cherchant un bouc émissaire pour le sacrifier avant la fin du mandat présidentiel de G.W. Bush. Alors il commence par prendre la température auprès des régimes arabes, en commençant par analyser l’« ADN » du président soudanais. Si la mission réussit, il passera, ensuite, à la casserole tous les dirigeants du tiers-monde qui ne rampent pas à plat ventre devant les impérialistes Yankees.

Dans l’hypothèse d’une victoire sur El Bechir du Soudan, viendra certainement le tour d’Evo Chavez du Venezuela, d’Ahmadi Najed d’Iran (l’ennemi numéro un des USA et d’Israël) en passa par les Castro de Cuba et Evo Morales de Bolivie, pour « pacifier » le tiers-monde. Et pourquoi pas, plus tard, les Poutine de Russie qui s’opposent à l’installation des missiles US à leurs frontières - là aussi c’est un test de haute importance pour l’impérialisme américain qui prétend vouloir « protéger » ses amis européens du « géant » iranien !

Jusqu’à quand les moutons resteront aussi naïfs et suivront le « guide » qui les mène à l’abîme ?

Publié dans contemporary africa

Commenter cet article