L'incendie au centre de rétention de Vincennes est un avertissement au gouvernement

Publié le par hort

Je trouve la situation des sans papiers et les immigrés ironique parce que si nous revenons 500 ans en arrière, la France faisaient des razzias en Afrique, pour kidnapper les africains pour les emmener  à travailler en France et au caraïbes tandis qu’aujourd’hui il les rejette. MC Solaar a déjà avertit la France dans sa chanson quand il disait ‘ceux que sème le vent, récolte le tempête.’ Hort


http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=1302


Incendie au centre de rétention pour étrangers à Vincennes
22/06/2008


Un incendie s’est déclaré dimanche au centre de rétention de Vincennes (Val-de-Marne), où sont enfermés des étrangers sans papiers en instance d’expulsion, apprend-on à la préfecture de police.

Le sinistre s’est déclaré dans l’après-midi et semble d’origine criminelle. La préfecture de police de Paris fait en effet état dans une déclaration à Reuters d’un "départ simultané d’incendies dans les deux bâtiments du centre de rétention administratif à 15h45". D’importants effectifs de pompiers ont été envoyés sur place. Un des deux bâtiments de ce centre, l’un des plus grands de France, au moins a brûlé, les deux sont en feu et ses occupants ont été évacués et d’abord transférés dans le gymnase de l’école de police situé à proximité. Ils ont cependant ensuite été transférés dans la cour, en raison d’un problème de fumée, a dit l’un des étrangers actuellement retenu à Vincennes, joint par téléphone par Reuters.

Selon cette source, l’incendie serait lié à une émeute qui aurait éclaté en milieu d’après-midi. Elle serait notamment liée au décès d’un Tunisien sans papiers, samedi, au centre de rétention. Cette source fait état d’une quinzaine de personnes blessées dans l’incendie. Le décès du retenu tunisien samedi a provoqué selon l’association RESF une vive émotion chez les occupants du centre. La victime tunisienne a succombé à une crise cardiaque et n’a pas subi de violences, dit-on de source policière. Une enquête a été ouverte et une autopsie doit être effectuée.

"POLITIQUE CRUELLE, BRUTALE ET INHUMAINE"

Les associations de défense des étrangers estiment, de leur côté, que ce décès est imputable à la politique du gouvernement et aux conditions de séjour dans les centres de rétention. "Cette mort de trop est à mettre au funeste crédit de cette obsessionnelle politique cruelle, brutale et inhumaine qui criminalise l’immigration", dit le Mrap (Mouvement contre la racisme et pour l’amitié entre les peuples) dans un communiqué. Il estime que le décès doit constituer une alerte sur les conditions de séjours dans les centres de rétention - où sont enfermés les étrangers sans papiers en instance d’expulsion - qualifiés "d’horreurs de la République".

Un collectif d’étrangers sans papiers avait appelé à manifester devant le centre de rétention de Vincennes, dimanche après-midi. On ignore si cette manifestation a un lien avec l’incendie. Les centres de rétention seraient actuellement surpeuplés et la tension y serait de plus en plus vive, selon les organisations de défense des étrangers. Des objectifs chiffrés annuels d’expulsions ont été fixés à l’initiative du président Nicolas Sarkozy.

Le gouvernement n’a pas atteint en 2007 l’objectif de 25.000 expulsions d’étrangers sans-papiers qu’il s’était fixé. Le Premier ministre François Fillon a déjà indiqué à la presse que l’objectif pour 2008 était de 26.000 expulsions. Un projet de directive européenne adopté le 18 juin par le Parlement européen fixe à 18 mois la durée maximale de la rétention, très au-dessus du maximum légal français actuel, qui est de 32 jours. Le ministre de l’Immigration français Brice Hortefeux a toutefois annoncé qu’il n’entendait pas changer ce chiffre légal français.

*********

Le CRA de Vincennes brûle
dimanche 22 juin 2008


15h30 - Centre de rétention de Vincennes Quelques dizaines de manifestants sont rassemblés à Vincenne suite à l’annonce de la mort d’un sans papiers. Ils ont réussi à accéder au parking qui jouxte le CRA, et sont donc tout près du mur du centre de rétention. Slogans : "Liberté", "Expulseurs assassins", "Solidarité avec les sans papiers". A l’intérieur les "retenus" gueulent aussi des slogans. Ils y a quelques minutes ils ont commencé à mettre à sac les chambres en signe de révolte Les flics sont très speed (il y a eut quelques courses-poursuites à l’extérieur) et passablement débordés par la situation à l’intérieur. Zamia

16h30 - Le CRA de Vincennes tout feu tout flammes Les deux bâtiments du CRA de Vincennes sont livrés aux flammes. Le CRA 1 est à moitier effondré, le CRA 2 brûle. Les pompiers sont là, et les sans papiers seraient en train d’être évacués. Il y a maintenant environ 200 militant(e)s à l’extérieur.

17h - CRA de Vincennes Les sans papiers évacués sont regroupés dans la cours de l’école de police (à proximité). Il y aurait pas mal de blessés qui attendent d’être évacués. Autour les flics tentent des manoeuvres d’encerclement des militant(e)s qui sont toujours près du CRA. Vu de l’extérieur l’un des deux bâtiments n’a plus de toiture. Z.

17h15 - Les blessés de Vincennes Parmi les sans papiers blessés six sont inconscients et un autre a le bras cassé. Le Samu, les pompiers et la Croix-rouge sont présents. Les sans papiers blessés sont en attente d’évacuation. Celui qui a le bras cassé aurait été blessé lors de l’intervention des CRS. Pendant l’incendie la répression continue.

17h30 :

Alors que le batiment longeant le chenil avait montré beaucoup plus vite des grandes flammes, son embrasement complet à été beaucoup plus lent et ne s’est totalement embrasé qu’il y a quelques minutes.

L’incendie du premier batiment est quant à lui quasiment fini.

Tout à l’heure plusieurs dizaines de manifestants ont tenté de se mettre sur le parking de l’hippodrome, ils ont été brutalememt repoussé à coups de lacrymos.

La zone de parking où nous étions depuis le début ayant été aussi vidée (beaucoup plus calmement) nous sommes regroupés (une centaine de militants et quelques centaines de passants) sur le croisement de la menant à Joinville. Nous ne comptons plus les camions de pompiers, ambulances et véhicules de la Croix Rouge qui y passent...

Pendant ce temps, peu de nouvelles des sans-papiers...

De : zpajol dimanche 22 juin 2008

*************

Incendie au centre de rétention de Vincennes, les retenus évacués

PARIS (AFP,22 juin 2008) — Les deux bâtiments du centre de rétention administratif (CRA) de Vincennes, le plus grand de France, ont été détruits dimanche dans un incendie d’origine indéterminée survenu dans un contexte de forte tension et les personnes retenues ont été évacuées.

Jean-Pierre Brard, député (app. PCF), qui a pu pénétrer à l’intérieur du CRA peu après 18H00, a déclaré à l’AFP qu’il y avait "au moins 14 blessés", sans pouvoir préciser la gravité de leur état.

A partir d’informations recueillies sur place, des membres du réseau éducation sans frontières (RESF) contactés par l’AFP, faisaient également état de "blessés", sans plus de précisions.

Une journaliste de l’AFP constatait que les pompiers intervenaient toujours vers 18H00, dans une odeur de plastique brûlé.

Deux incendies se sont déclarés simultanément vers 15H45 dans les deux bâtiments, -le CRA 1 et le CRA 2-, de ce centre qui abrite des sans-papiers en attente d’expulsion ou de libération, selon la préfecture de police (PP).

"Les deux bâtiments sont entièrement détruits et les personnes ont été évacuées dans le gymnase de l’école de police", dont le CRA est partie intégrante, a indiqué à l’AFP un policier du syndicat FO police, Luc Poignant, confirmant des informations données par des membres du réseau Education sans frontières présents sur place.

L’origine de l’incendie est indéterminée, a-t-il précisé.

Selon une source proche de l’enquête, des matelas auraient été enflammés.

Le feu s’est déclaré alors qu’une manifestation d’un collectif de sans-papiers se déroulait depuis 15H00 environ devant le CRA, après le décès samedi d’un Tunisien sans-papier de 41 ans, mort d’une crise cardiaque.

La PP a confirmé que les retenus avaient été évacués et regroupés dans le gymnase de l’école de police.

Selon la Cimade, seule association habilitée à entrer dans les centres de rétention, le CRA "fonctionnait à plein" vendredi, c’est-à-dire qu’il contenait environ 280 personnes.

Selon ces sources, de nombreux véhicules du Samu, des ambulances, des camions de pompiers et un hélicoptère du Samu étaient sur les lieux.

Les pompiers seraient intervenus tardivement, selon le responsable FO police, qui a ajouté que la présence des manifestants gênerait les opérations de secours.

Les sapeurs pompiers ont mis en oeuvre tous les moyens de lutte dont ils disposaient pour éteindre l’incendie et porter assistance aux retenus et aux policiers incommodés par les fortes fumées, a estimé
la PP.

Le CRA de Vincennes, qui peut accueillir 280 personnes, a été ces derniers mois plusieurs fois le théâtre de tensions, certains retenus protestant contre leurs conditions de rétention. C’est le plus grand CRA de France.

Ces incidents interviennent alors qu’un Tunisien de 41 ans est décédé samedi en fin d’après-midi au CRA de Vincennes, un évènement qui a déclenché des incidents, selon certains retenus, ce que la préfecture de police a formellement démenti.

Selon une source proche de l’enquête, la personne est décédée "d’une crise cardiaque, sans intervention des effectifs de police".

La préfecture de police (PP), qui avait confirmé le décès, a indiqué que ce ressortissant tunisien était "sous le coup d’une interdiction définitive du territoire français décidée par un arrêt de la cour d’appel de Paris".

Un premier examen médical n’a décelé "aucune trace suspecte sur le corps" a-t-on indiqué de source proche de l’enquête.

Une autopsie devait être pratiquée ce dimanche.

Des manifestants dimanche, à l’appel du 9e collectif des sans-papiers, protestaient pour "exiger la fermeture des camps de rétention" et la régularisation des sans-papiers. ns papier Un sans papiers décède en centre de

  

LEFEBVRE EST UN FASCISTE

Centre de rétention: l'UMP accuse RESF, tollé des associations
 
PARIS (Reuters)
 
Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a provoqué lundi un tollé en s'en prenant aux associations de défense des sans-papiers, notamment RESF, qu'il accuse d'être en partie responsables de l'incendie du centre de rétention de Vincennes (Val-de-Marne) dimanche.

Dans un communiqué, le député des Hauts-de-Seine demande que 'toutes les conséquences soient tirées y compris au plan judiciaire si la responsabilité de membres de collectifs comme RESF était avérée'.

L'incendie a presque détruit dimanche après-midi les deux bâtiments du centre de rétention administratif de Vincennes, un des plus grands de France, où étaient enfermés 273 étrangers sans papiers en instance d'expulsion.

Le sinistre a été déclenché après le décès d'un Tunisien, retrouvé mort d'une crise cardiaque dans sa chambre samedi.

Une quinzaine d'étrangers auraient profité du chaos pour prendre la fuite.
 
Le reste des internés administratifs ont été transférés en car ou en train vers les centres de Palaiseau, Lille et Nîmes.
 
Selon plusieurs témoins, des retenus auraient mis le feu à des matelas alors que se déroulait à l'extérieur une manifestation de soutien.

'Il n'est pas tolérable que des 'collectifs', type RESF, viennent faire des provocations aux abords de ces centres au risque de mettre en danger des étrangers retenus', souligne le porte-parole de l'UMP dans son communiqué.

Il réclame 'la plus grande fermeté contre les collectifs qui se livrent à ce type d'actions à proximité de lieux où ils n'ont absolument rien à faire'.

DÉLIRE'
 
Le véritable scandale n'est pas que quelques centaines d'hommes désespérés aient incendié leur prison. Il est dans leur internement administratif, prélude à leur expulsion', réplique RESF dans un communiqué.

L'explication aux événements d'hier à Vincennes est là, dans le désespoir total de chacun des enfermés et dans la concentration du malheur dans une centaine de cellules', souligne Réseau éducation sans frontières.

S'en prendre aux associations, 'quel délire!', dénonce le Parti communiste pour qui 'l'aveuglement sécuritaire de cette droite leur fait décidément perdre la raison'.

'L'incendie regrettable du (centre de Vincennes) n'est que le symptôme d'une désastreuse politique du chiffre ou l'essentiel est toujours plus de s'acharner sur les sans-papiers coûte que coûte, l'humanitaire devenant quantité négligeable', souligne le communiqué communiste, qui se joint à l'appel à manifester du Mrap mardi soir devant ce qu'il reste du centre de rétention.

Pour le député socialiste Pierre Moscovici, la politique d'immigration de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux 'risque d'aboutir à la multiplication de ce type d'accidents'.

'Ce que montre cet accident très grave, c'est qu'on ne peut pas traiter les immigrés, quelle que soit la situation légale, illégale, dans des conditions humaines', a-t-il déclaré sur France Info. 'Il est important que quelqu'un qui est immigré, qui vit sur notre sol, puisse voir ses droits pleinement respectés', a-t-il ajouté.

Les Verts de leur côté s'adressent au tout nouveau Contrôleur des lieux de privation des libertés, Jean-Marie Delarue, nommé ces derniers jours, pour qu'il se saisisse 'en urgence' de la situation des retenus de Vincennes.

'L'incendie du centre de rétention de Vincennes est le résultat d'une situation explosive et indigne, connue et provoquée par le gouvernement', estime la secrétaire nationale du parti écologistes, Cécile Duflot
.

 

Publié dans world

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article