Hugo Chavez condamne la loi européenne contre l'immigration

Publié le par hort

Les Africains auraient pu dire à  Hugo Chavez que les Europeens sont des peuples ingrates. Hort

http://www.radiohc.cu/frances/noticias/junio08/junio20/mundo2.htm

Hugo Chavez condamne la loi européenne contre l'immigration

Caracas, 20 juin, 2008

 

Le Président vénézuélien, Hugo Chavez, a souligné ce jeudi à Caracas que tout pays européen qui appliquera la loi contre l'immigration récemment adoptée par l'UE sous le nom de directive du retour, cessera de recevoir le pétrole vénézuélien. ' Nous allons réviser les investissements pour faire une autre directive du retour ' a relevé Hugo Chavez après avoir souligné que jamais un immigrant européen n'a été expulsé de l'Amérique Latine.

 

Au cours d'une conférence de presse commune avec le Président élu du Paraguay, Fernando Lugo, Hugo Chavez a qualifié d'outrage cette décision du Parlement européen qui viole les droits humains et les normes du droit international car elle prévoit jusqu'à 18 mois de prison, sans jugement préalable, pour les sans papiers.

 

Chávez rejette « de toute son âme » la directive Retour approuvée par l¹Union Européenne

 

Lors d¹une cérémonie ce jeudi à Caracas en présence du président élu du Paraguay, Fernando Lugo, Hugo Chávez a rejeté « de toute son âme » la Directive Retour approuvée cette semaine par le Parlement européen. Chávez a averti que les pays qui appliquent cette directive ne recevront plus de pétrole vénézuelien. « Il faut rejeter de toute son âme cette Directive de Retour » regrettant qu¹en Europe domine les courants de droite et d¹extrême droite, certaines d¹entre elles très proches du fascisme et de l¹ultranationalisme. Chávez a néanmoins appelé à ne pas faire d¹amalgame entre les gouvernements et les peuples ou les mouvements sociaux qui eux s¹opposent à cette directive qui ordonne l¹emprisonnement dans des centres fermés entre 6 et 18 mois sans aucun droit à un processus juridique. « Il faut rappeler qu¹au XXe siècle alors que l¹Europe était en proie àoe des guerres intestines et à deux guerres mondiales, les Européens arrivaient pratiquement nus sur des bateaux de marchandises or, aucun d¹entre eux n¹a été enfermé ou renvoyé en Europe. Ils ont constitué des communautés en Amérique latine et sont complètement intégrés dans nos pays ».

 

« Nous ferons respecter la dignité du peuple ».Pendant la cérémonie qui se tenait au siège de la compagnie pétrolière nationale (PDVSA), Chávez a averti « nous n¹allons pas rompre les relations diplomatiques avec le pays qui applique cette directive mais nous ne lui fournirons plus de pétrole ». « Imaginez vous que l¹on approuve une Directive de retour des investissements européens. Au moins ici au Venezuela on n¹en a pas besoin ». Chávez a précisé qu¹il s¹agissait d¹une position propre du Venezuela. « On verra quelle mesure prendre contre tout pays européen qui applique cette directive de la Honte. » Il a signalé : « Nous ne resterons pas les bras croisés et nous allons appeler les gouvernements d¹Amérique latine de gauche comme de droite, les Parlements d¹Amérique latine, l¹OEA, nos institutions nationales, les institutions africaines, les gouvernements africains pour qu¹ils unissent leurs efforts pour lancer un seul cri : respecter la dignité de notre peuple, nous nous la ferons respecter »..

 

Le Paraguay invité à l¹ALBA

 

Chávez a invité le président paraguayen à considérer d¹intégrer l¹Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA) dont font aujourd¹hui partie la Bolivie, Cuba, le Nicaragua et le Venezuela. Il a signalé l¹augmentation de l¹exportation de brut vers le Paraguay dans le cadre du Plan de coopération énergétique mis en ¦uvre par le Venezuela. « Nous allons envoyer du pétrole au Paraguay et il ne lui manquera pas de dérivés de pétrole ». De son côté Lugo a loué le processus de changement en cours au Venezuela comme participant à la création « d¹un royaume de Dieu sur terre' et a invité Chávez à son investiture le 15 août. « Je pense que la révolution vénézuélienne n¹a pas encore atteint son apogée, c¹est le grand défi des vénézuéliens de construire cette révolution » a t-il signalé lors de sa participation avec son homologue vénézuélien à une cérémonie de remise de fonds pour la construction de logements. Le chef de l¹Etat vénézuélien a remercié Lugo et signalé que « nous n¹aurons jamais fini de construire le monde que nous voulons mais au moins nous nous y attelons »

.

infos article http://www.cadtm.org

Publié dans world

Commenter cet article