Le monde des affaires demystifié 1 (English version)

Publié le par hort

English title on our site:
Demystifying the world of Business for people of African descent



Le monde des affaires demystifié pour les peuples d’origine africaine.
 Ecrit par Hort, corrigé par Khufu 
Le background des affaires
 
Ce mois-ci nous commençons notre toute nouvelle série en regardant de près le monde des affaires. Le but est d’intéresser le peuple africain à l'économie. Nous devrions maîtriser ce secteur d'activité, car cela a des conséquences négatives sur le peuple africain partout dans le monde. L'économie est tout à fait simple parce c’est elle qui gère la façon dont les gens gagnent leur vie, et dépensent leur argent. Mais la plupart des économistes ont tendance à utiliser un jargon qui décourage la masse à s’y intéresser. Il faut dire que c’est dans ce secteur que la plupart d’entre eux  sont les plus exploités. Donc notre but est de simplifier ce jargon, pour que l'homme et la femme moyen, noire, puissent avoir une meilleure compréhension du monde des affaires et de l’économie. Avec cette connaissance, ils seront capables de dépenser leur argent plus judicieusement et participeront au changement dans les affaires de notre société.Dans ce chapitre, nous allons  regarder de près le background des affaires et examiner ensuite leur lien avec l’Afrique et sa Diaspora.
 
Qu’est ce que l’économie ?

L’économie est une science sociale qui étudie le comportement humain. En d'autres termes, elle décrit comment les gens gagnent et dépensent leur argent, et comment la société gère les ressources rares. Dans la société, les gens veulent beaucoup de choses, cependant le problème est que nous n'avons pas de ressources illimitées à notre disposition. Si nous avions à notre disposition un approvisionnement en ressource illimitée, nous pourrions subvenir à tous nos besoins et à tous nos désirs. Les besoins sont des choses dont les hommes ne peuvent s’en passer au risque de mourir. Par exemple la nourriture et l'eau. Tandis que les désirs sont des choses souvent créées artificiellement, pour inciter les gens à croire qu’ils ne peuvent pas s’en passer. Par exemple, le téléphone portable, la voiture, etc.
 
Par conséquent nous devons faire des choix. Imaginez que vous entrez dans un magasin et vous voyez deux paires de jeans, mais que vous avez seulement assez d'argent pour en acheter un. Donc vous devez faire un choix. C'est ce que nous faisons chaque jour dans nos vies. Nous devons décider s'il faut acheter une nouvelle voiture, ou épargner pour les frais de collège de notre enfant. Le gouvernement doit décider s'il faut construire plus d'hôpitaux ou plus de routes nationales. Nous aussi nous devons décider si nous voulons plus de temps libre ou plus de revenu du travail etc. Voila ce que c’est l’économie, qu’on pourrait décrire comme une science de choix.
 
 
 Divers type de systèmes économiques

Puisque les ressources sont limitées, il n'est pas possible de produire tout ce que les hommes veulent consommer. Chaque société doit se poser les questions suivantes :
a) Que faut il produire ? 
b) Par quel moyen produire ?
c) Qui bénéficie de ce qui est produit ?
 
Pour répondre à ces questions, différents systèmes économiques se sont développés. Ces systèmes tournent autour de la façon dont les gens dans ces sociétés allouent les ressources rares, pour satisfaire la concurrence entre les besoins et les désirs. En d'autres termes, un système économique essaye de trouver des moyens de résoudre le problème économique de base. Il y a trois principaux systèmes économiques :
 
 
a) Une économie ordonné ou planifié: une économie planifiée veut dire que les décisions économiques sont prises par l'état. L'état possède tous les moyens de production et tous les ouvriers sont des employés de l'état. Toutes les usines et les machines sont possédées par l'état, et toutes les marchandises sont distribuées par les magasins possédés par l'état. Par exemple, Cuba, l’ancienne Union soviétique, la Chine et la Corée du Nord sont des exemples d'une économie planifiée.
 
b) Une économie de marché ou un marché libre : dans une économie de marché l'état n’a aucun rôle, ou alors un très petit rôle à jouer dans la gestion des ressources. Un marché est simplement un endroit où l’offre et la demande se rencontre. Les consommateurs (les acheteurs) sont libres de choisir entre différentes marchandises et services offerts par le vendeur (le producteur). Ce système dépend de ce qu’on appelle l’offre et la demande. La demande dans le monde économique fait référence aux possibilités pour les gens d’acheter à tous les prix. En d’autres termes, leur capacité et leur désir d’acheter des marchandises et des services.
 
 En général, plus le prix est bas plus les gens achètent un produit. Plus le prix est bas, plus la demande est haute, plus le prix est élevé, plus la demande est basse. L’offre mesure les quantités d'un produit offert en vente à des prix divers. L’offre d’un produit augmente en même temps que le prix monte, et diminue pendant que le prix baisse. Un prix d’équilibre s’établit quand la quantité fournie est égale aux prix exigés. Une économie de marché est un système de laisser-faire, appelée communément le libéralisme.
 
c) Une économie mixte: une économie mixte emploie des éléments des deux systèmes mentionnés ci-dessus. Dans ce type d’économie il y a un secteur public (à but non lucratif) et un secteur privé (à but lucratif). On trouve une économie mixte dans la majeure partie du monde industrialisé.
 
Que signifie ressources?
 Les ressources peuvent être naturelles (la terre) humain (le travail), ou fait par l’homme (le capital). Dans une économie, la terre, le travail et le capital sont appelés les facteurs de production.
 
 
1. Les ressources naturelles
Les ressources naturelles sont des choses que la terre produit naturellement. La terre est une ressource naturelle et inclut la terre elle même, les océans, les minéraux, la pêche, la agriculture, etc. Les ressources naturelles sont souvent classifiées comme renouvelables ou non renouvelables.
 
a) Des Ressources Renouvelables : On considère généralement les arbres, le poisson, l'oxygène et l'eau douce comme  des ressources renouvelables, parce qu’ils peuvent être continuellement reproduits. Autrement dit ils sont infinis et illimités. Cependant, des ressources renouvelables peuvent devenir non renouvelables s’ils sont utilisés à un taux plus élevé  que ne permette son renouvellement lié à l'environnement. Par exemple, quand la terre est sur utilisée avec l’abus de substances nutritives dans le sol ou de pratiques agricoles incorrectes, le sol ne peut  pas se renouveler et les plantes et la récolte ne peuvent pas pousser. Des exemples de ressources renouvelables qui sont devenues non renouvelables, se manifestent à travers une plante donnée ou une espèce animale qui disparaît.
 
1. Des Ressources non renouvelables : elles ne sont pas infinies et ont une existence limitée. Les ressources naturelles comme le charbon, le pétrole ou le gaz naturel, prennent des millions d'années pour se former naturellement. Ils ne peuvent pas être remplacées si rapidement qu'elles sont consommées.
 
2Des Ressources Humaines : c’est l'effort mental et physique qui concourent  à la production appelée main-d'œuvre. La récompense de cette main-d’oeuvre est le salaire.
 
3. Ressources synthétiques  Cela inclut tout l'équipement, les machines et les bâtiments qui sont utilisés pour fabriquer d'autres produits. Par exemple, des bureaux et des chaises, des ordinateurs.
  
Il y a 3 types d'activité humaine qui peuvent être classifiés comme économiques :  
 
1. La Production : c'est le processus par lequel l'homme transforme les ressources (la terre, le travail, le capital). C’est un input de produits qui satisfont les désirs. Ces inputs sont rendus disponibles là où les besoins se font sentir.
2. La Consommation : c'est le processus d’utilisation des produits du travail de l'homme : depuis l’utilisation domestique  du charbon, du port des vêtements, jusqu’à l’acte de manger, etc.
3. L’Échange : c'est l’acte économique par excellence. En général les marchandises et les services sont échangés pour d'autres marchandises et services.
 
Donc, l’économie consiste en la production, la consommation et l'échange des marchandises et des services.
 
L'analyse de Hort
 
Les informations ci-dessus sont ce que chaque étudiant en économie ou en affaires, apprend dès son premier pas en économie. Mais comment ces informations touchent-t-elles à l'Afrique et sa diaspora? Tout d'abord, examinons le concept de ressources rares. Le monde ne souffre pas d'une pénurie de ressources. L'occident oui. Car Il y a une différence. Le problème majeur d’un occident arrogant, (particulièrement les Anglo-Saxons) est qu'il a tendance à considérer ses problèmes comme commun aux problèmes du monde entier. Un endroit froid comme l'Europe, où il neige pendant 6 mois de l'année ne peut que face à un manque de ressources. En conséquence, il est logique que l'occident soit préoccupé par la gestion de ses ressources pour la survie de son peuple. Cependant, dans un continent fertile comme l'Afrique où le soleil brille presque tous les jours, il est normal qu’il y ait une surabondance de ressources naturelles et humaines. Déjà nous pouvons voir que l'occident et l'Afrique ne devraient pas avoir les mêmes préoccupations, mais malheureusement c'est le cas.
 
En fait, l'Afrique est le continent le plus riche sur la planète, et c'est pourquoi chaque race en veut une partie. Avec ses énormes ressources naturelles et humaines, l'Afrique a donc tous les ingrédients pour une économie dynamique et croissante. On est forcé à poser les questions suivantes. Pourquoi les Africains sont incapables d’avoir un niveau de vie décent ? Pourquoi les Africains souffrent de la pauvreté ? Pourquoi leurs besoins élémentaires comme l’accès à l'eau potable ne sont pas satisfaite ? Pour comprendre cette anomalie nous devons retourner dans le passé, parce que c’est là ou se trouve les racines du problème.
 
Quand l'Europe a conquis l'Afrique il y a 500 ans, elle a eu la capacité de contrôler les ressources naturelles et humaines de l'Afrique. Et depuis lors elle ne cesse de les contrôler et de prendre des décisions à la place des Africains. Par exemple, les Européens ont décidé que chaque africain deviendrait un serviteur. Ainsi nos rois et nos reines, nos architectes, nos enseignants, nos docteurs, nos prêtres, etc., ont été, d’un trait, réduits à la servitude. Ils ont aussi décidé que les ressources humaines de l'Afrique (le peuple africain) seraient expédiées au nouveau monde pour produire du sucre et du coton, ce qui fut fait. Et ses ressources naturelles (l'or, les diamants, etcetera) seraient envoyées en Europe, où ils seraient transformés et ensuite renvoyés en Afrique comme des produits manufacturées. De plus, ils ont décidé ce que les Africains produiraient, la quantité à produire, combien ils mangeraient et même ce que les Africains porteraient. Ceci est connu sous le nom du commerce triangulaire.
 
Le commerce triangulaire devait prendre l'homme africain, l’envoyer au nouveau monde et envoyer ses ressources naturelles en Europe. En retour, l'Europe les transformerait et les renverraient à ses colonies comme des produits finis et cela continue jusqu'aujourd'hui. Par exemple, la Côte d'Ivoire produit du café, cependant très peu d'Ivoiriens boivent du café. Ils produisent du café parce que l'Occident boit beaucoup de café.
 
Le système capitaliste Occidental est construit sur l’idée d’une montagne de désirs inutiles et extravagants, en conséquence l'idée de ressources rares a été introduite parce que l'Occident a voulu utiliser les ressources de l'Afrique comme il voulait sans partager les bénéfices avec des Africains. Aujourd'hui, cet abus par l'Occident pose une menace sérieuse à la survie à long terme des africains, parce que si l’occident continue à gaspiller les ressources de l'Afrique à ce rythme, il n’y en aura plus pour leur propre développement futur. C’est l’avarice excessive de l’occident qui rend  nos ressources rares. Ils ont déjà rendu la faune sauvage africaine en danger.
 
Il y avait une faune luxuriante partout dans l'Afrique, jusqu'à ce que les Romains aient conquis l'Egypte et aient exterminé la plupart des animaux en Afrique du Nord dans le colosse de Rome. Ceux qui sont restés ont trouvés refuge en l'Afrique Sub saharien, et sont par la suite devenus en danger 50 ans après la colonisation. Quand l'esclavage a été aboli, le système triangulaire ne l'était pas. Cependant si jamais les Africains doivent arriver à jouir d’un niveau de vie décent, ils doivent contrôler et protéger leurs propres ressources en mettant fin à 500 ans d’échange injuste entre l’occident et l’Afrique.
 
Cela nous mène à la question suivante : Pourquoi les Africains ne changent ils pas le système ? C'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Par exemple, dans les caraïbes où l'Europe a fait la même chose, l’économie caribéen continue toujours de dépendre de l'exportation du sucre vers l’Europe pour leur gagne-pain. Pour ceux qui ont abandonné l’exportation du sucre, ils sont maintenant devenus dépendant du tourisme, ce qui est exactement la même chose. De même, les leaders africains depuis l’indépendance, ont continué sur la même voie parce que le changement doit être brutal, et non pas graduel et il est toujours difficile de faire des changements radicaux. Quand l'Europe a imposé ce système c'était brutal et soudain, et la solution doit être exactement la même.
.
Les Africains devront éventuellement suivre l'exemple d'Hugo Chavez, et le président bolivien, pour changer le système actuel. Donc ils devraient commencer à se sevrer de l'Occident en présentant un choix diversifié dans le but d’agir pour ne pas augmenter la souffrance de leur peuple. Les Africains doivent faire des études de marché, pour découvrir exactement les besoins de leur marché interne et augmenter la production liée à ces produits, tout en diminuant ceux destinés à l'Occident. Mais ce n'est pas si facile parce que l’économie africaine est aujourd’hui totalement dépendante des exportations vers lOccident, qui apportent un revenu conséquent dont le continent a besoin.
 
L'autre problème est qu'un seul pays en Afrique ne peut le faire tout seul. Cela doit être un effort collectif. Par exemple, il doit être fait par des structures comme l'Union Africaine ou les groupements régionaux. Car, l'Occident n'abandonnera pas les ressources de l'Afrique qu'elle a contrôlées d'une seule main pendant les 500 dernières années sans combat, et cela va être un combat dur. Nous avons vu ce qui arrive aux pays qui sont seules face à l’Occident. Laurent Gbagbo de la Côte d'Ivoire et Robert Mugabe du Zimbabwe sont des exemples récents des dommages, que l'Occident peut causer sur l'économie des pays qui osent aller à l'encontre de leur volonté. C'est exactement pourquoi les Africains doivent comprendre que cela doit être un effort collectif.
 
Malheureusement, les leaders actuels en Afrique sont assez incrédules et naïves et ne sont pas capables d'entreprendre cette lutte. Par conséquent, des kemites/panafricanistes aguerries doivent accéder au pouvoir en Afrique pour réaliser cette lutte pour reprendre nos ressources. Non seulement ils doivent être des kemites, mais ils doivent avoir une parfaite connaissance et maîtrise du monde des affaires et de la politique, y compris toutes les pratiques frauduleuses et secrètes qui accompagnent ces professions afin de prendre les décisions stratégiques nécessaires pour affaiblir définitivement le système Occidental.
 
Les panafricanistes/kemites doivent infiltrer les gouvernements et d'autres organisations Africaines, et être des agents doubles. En fait, chaque personne noire sur cette planète devrait être un agent double quelque soit sa profession, jusqu'à ce que notre peuple soit libéré de tous leurs oppresseurs. Malcolm X nous a dit de tout faire pour libérer notre peuple. C'est uniquement les panafricanistes/ kemites qui seront capables de voir derrière toute la propagande et ne seront pas séduit par la rhétorique Occidental.
 
Une fois que les africains auront gagné ce combat et auront à nouveau un contrôle sur leurs ressources, ils décideront quoi produire pour leur peuple, combien produire et à la différence de l'Occident ne devraient pas être sélectif au niveau des bénéficiaires. Nos ancêtres ont produit pour tous les membres de la société, et le Nouvel Ordre Mondial en Afrique doit retourner à ce pratique. L'Europe a fondé une hiérarchie injuste et donc le point d'appui de ce système est d’en priver les gens qui produisent la richesse, pour créer un excès pour une élite ; ce que nous ne devons pas faire. C'est ce type d'économie que nous devons créer en Afrique et l’apprendre au reste du monde. Nous avons suffisamment de ressources naturelles et humaines  afin d’atteindre ce but.
 
Connectez-vous le mois suivant à ce site où nous étudierons les différents secteurs de l'économie.
 
Ces informations peuvent être publiées sur vos sites web et vos blogs, sans la permission de l'auteur.
 
 
L'or malien profite plus aux compagnies minières qu'à l'Etat

22/09/2007

Un rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), rendu public à Bamako et dont la PANA s'est procuré une copie vendredi, estime que l'or du Mali profite plus aux compagnies minières qu'aux communautés locales et à l'Etat malien.

Selon le rapport qui s'intitule "Mali, l'exploitation minière et les droits humains", l'or est le symbole aveuglant d'une richesse nationale qui ne profite pas aux Maliens en ce sens que 94% de l'or est exporté, le reste servant à la joaillerie locale.

"Troisième producteur d'or d'Afrique, le Mali ne récolte que des poussières", constate les enquêteurs à la première page de leur document. Entre 1997 et 2005, les exportations aurifères du Mali se sont élevées à 2.290 milliards de FCFA, rappelle-t-on.

Pour les auteurs du rapport, l'Etat malien n'a aucun moyen de contrôler physiquement la production d'or, ni ne dispose d'appareil pouvant mesurer l'impact de la pollution environnementale, le seul appareil de contrôle des risques de pollution appartenant à une compagnie minière étrangère.

Sur le plan de la fiscalité, les services de recouvrement ont souvent eu maille à partir avec des compagnies d'extraction. Le rapport fait cas d'un conflit qui a opposé durant deux années les services des Impôts du Mali à deux sociétés minières redevables de 15,6 millions de dollars US au titre des taxes sur les bénéfices impayés et les pénalités afférentes. "L'Etat en est sorti perdant, n'empochant que le tiers du montant, soit 5,2 millions de dollars US", souligne le rapport.
Le rapport de la FIDH accuse les compagnies minières d'être les responsables du faible taux de recouvrement des recettes non fiscales de l'Etat. Selon le président de l'Association malienne des droits de l'Homme (AMDH), qui a appuyé l'équipe d'enquête de la FIDH, Me Bréhima Koné, le Mali doit prendre en main la gestion de son or, car cela s'inscrit dans le cadre de l'initiative de transparence dans l'exploitation des ressources minières, a-t-il rappelé.

Les défenseurs des droits de l'Homme n'écartent pas de soumettre la question aux instances sous-régionales comme la Cour de justice de la CEDEAO et de l'UEMOA afin d'aider les populations à entrer dans leur droit inaliénable de jouissance de la richesse nationale. L'équipe d'enquête était conduite par la journaliste économique indépendante, spécialiste de l'Afrique, la française Isabelle Gourmelon.
 
Source Grioo.com

Commenter cet article

BAKHET 11/11/2007 14:07

je trouve genial que vous pensez à nous donner des cours d'economie par le net ( votre blog ). Nous en avons besoin. Si d'autres Kamit specialisés dans certains domaines pouvaient avoir la meme initiative, nous serons vraiment bien formés et informés.